PLAN DE MODERNISATION 2018

[private role= »subscriber » alt= »Accès réservé aux adhérents, merci de vous <a href=’https://snbhsbc.fr/wp-login.php’>connecter</a> »]Déclaration SNB lors du CCE du 3 janvier 2017

Le Plan de Modernisation 2018 des fonctions support d’HSBC France portant sur la réorganisation de la Direction Technologie, de la Direction des Opérations, de la Direction Financière, de la Direction des Achats et du Département GTRF au sein de CMB, est un projet en réaction à une baisse de PNB, mais aussi un projet permettant à HSBC France de s’adapter à la transformation actuelle du métier bancaire.

Par ce plan, la Direction HSBC France nourrit de grandes ambitions et investit :

– 80 M€ pour notre système d’information avec le remplacement de HFE par SAB, ce dont nous ne pouvons que nous féliciter tant notre système actuel est obsolète ! Le SNB peut cependant regretter qu’il ait fallu tant d’années pour aboutir à ce changement. En effet, nous n’avons cessé d’alarmer la Direction sur les dysfonctionnements de HUB depuis sa mise place

– 90 M€ vont également être investis pour transformer notre Banque et la faire entrer dans l’ère de la digitalisation.

HSBC France a depuis 2008 empilé les tâches et les process, enchaîné les réorganisations avec plus ou moins de succès (marché «pro», admin nova, Advance, trajectoire etc …). Notre Entreprise souffre de la réorganisation perpétuelle, alors que nous, les collaborateurs, aurions besoin de stabilité.

Nous sommes toujours à la recherche de la solution miracle !

Ce Plan de Modernisation 2018 doit être la « solution miracle » car selon la Direction il en va de la survie d’HSBC en France.

Pour le SNB, ce Plan de Modernisation 2018 présenté comme un « vent nouveau » n’est qu’un simple souffle !

Le SNB constate à la lecture du Livre II, que ce projet n’est qu’un véritable contenu opératoire. En effet, il repose essentiellement sur l’analyse des indicateurs d’activités réalisée par la Direction et ses consultants externes. Il y a un manque total de créativité. Le projet est basé sur des procédures standardisées, aucune présence d’offre commerciale attractive et différenciante. La croissance du PNB espérée par ce Plan s’obtient par la réduction des coûts basée sur la destruction d’emplois en France. L’entreprise n’est pas là pour préserver et créer de l’emploi mais remonter un dividende à la Maison Mère.

Pour le SNB, ce Livre II est inachevé. La transformation de la Banque ne s’appuyant que sur sa seule efficacité opérationnelle et n’ayant pour objectifs principaux que :

– des économies de coûts de personnel par la délocalisation de tâches dites « à faible valeur ajoutée » dans des pays « low cost » ou par le recours de plus en plus important à la sous-traitance,

– de standardiser l’activité et rationnaliser ainsi l’organisation car les salariés peuvent être remplacés les uns par les autres. En effet, les compétences se résument à connaître les règles et les procédures qu’il suffit d’appliquer privant ainsi les collaborateurs de formations techniques approfondies et pourtant valorisantes

En conclusion, l’absence de lisibilité et de visibilité sur l’évolution des métiers, sur l’organisation du travail notamment dans le réseau, sur la charge de travail des salariés restants après les départs des collaborateurs volontaires et enfin sur la non reconnaissance des efforts de nos collègues autrement que par films, vidéo, road show « à l’américaine » etc … nous font craindre d’importantes déconvenues, des démobilisations et une réelle mise en difficulté de notre Entreprise car : « pour que cela marche il faut l’adhésion des salariés !».

Depuis début 2016, HSBC en France, suite à la mise en place des projets CMB, HOST, Service Courrier et maintenant PM 2018, a détruit plus de 600 emplois dans notre Entreprise ce que le SNB ne peut que déplorer.[/private]

 

Laisser un commentaire